Cảnh đẹp Bắc Cực

Wait
  • Begin_button
  • Prev_button
  • Play_button
  • Stop_button
  • Next_button
  • End_button
  • 0 / 0
  • Loading_status
Nhấn vào đây để tải về
Báo tài liệu có sai sót
Nhắn tin cho tác giả
(Tài liệu chưa được thẩm định)
Nguồn: Sưu tầm
Người gửi: Hoàng Minh Phương (trang riêng)
Ngày gửi: 22h:10' 19-06-2009
Dung lượng: 1.7 MB
Số lượt tải: 6
Số lượt thích: 0 người
L’Alaska a des caractéristiques diverses et des climats extrêmes. La température peut atteindre plus de 38°C en été et tomber à - 48°C ou moins en hiver.
L’aspect le plus impressionnant de l’Alaska est sa dimension. Il couvre presque 1,5 million de kilomètres carrés avec plus de 55 000 kilomètres de rivages et 1 800 îles. L’intérieur a plus de 50 000 glaciers et 3 millions de lacs. Il contient 17 des 20 plus hauts sommets des États-Unis, y compris le Denali, d’une altitude de 6 194 mètres.
L’Alaska, avec ses immenses étendues de nature primitive, est bien probablement le plus bel état des États-Unis. Le nom lui-même est basé sur le mot esquimau signifiant «grandes terres».
Les attractions panoramiques de l’Alaska peuvent être divisées en plusieurs régions distinctes, avec la ville d’Anchorage approximativement au centre.
Le milieu semble hostile à toutes les sortes de vie. Mais à chaque année, au sortir de l’hiver qui peut durer 9 mois, l’Alaska renaît.
Les chutes de neige font place aux chutes d’eau.
La végétation repousse, stimulée par la lumière qui peut briller jusqu’à 22-24 heures par jour.
Les animaux s’empressent de se gaver d’aliments avant le retour de l’hiver. Sans les bienfaits de la saison chaude, la vie ne résisterait pas aux longs mois d’hiver.
Par centaines de milliers, les oiseaux affluent d’aussi loin que l’Antarctique pour se reproduire et se nourrir dans les eaux poissonneuses.
À mesure que les chaleurs d’été s’installent, les 3 millions de lacs de l’Alaska se changent en lieux de rassemblements.
Les orignaux se font un festin des tendres plantes aquatiques.
Les eaux sont alors tellement fécondes que les baleines à bosses parcourent près de 6 500 kilomètres à partir d’Hawaii...
…pour venir ici profiter des fruits de l’abondance.
En été, un miracle vient de la mer. Par vagues, les saumons arrivent du large et entreprennent leur ultime migration pour retourner frayer dans les eaux de leur naissance.
Certains devront surmonter d’énormes obstacles.
Pour les ours bruns en quête de leur pitance, l’arrivée des saumons est l’événement le plus important de l’année.
C’est là pour les ours la dernière occasion de prendre du poids s’ils veulent affronter les longs mois d’hibernation.
Afin d’emmagasiner de la graisse, les ours peuvent pêcher jusqu’à 20 heures par jour.
Le festin du saumon est bref mais il y a à manger pour tous.
Pour les saumons qui échappent aux griffes des prédateurs, le temps presse.
Leur puissant instinct les ont amenés ici pour pondre les œufs de la prochaine génération. Seul un poisson sur cent né dans ces eaux atteindra le lieu de la ponte.
En donnant la vie, tous mourront...
Les louveteaux se gavent de lait maternel pour essayer d’atteindre la taille adulte avant la saison froide.
Après 6 courtes semaines de chaleur, l’air se refroidit et les visiteurs repartent vers le sud pour échapper à la rigueur du froid qui s’annonce.
La première chute de neige peut se produire en août. Viennent ensuite les longues nuits d’hiver...
Quand l’hiver se déchaîne sur l’Alaska, les températures peuvent descendre jusqu ’à -50°C ou moins.
Mais les longues nuits donnent souvent lieu à de magnifiques aurores boréales.
Là où la plupart des créatures périraient de froid, l’ours polaire prospère. Patiemment, il attend que la mer gèle.
Avec son extraordinaire odorat, l’ours peut détecter un phoque à 30 kilomètres de distance. Pour lui, le festin hivernal va commencer...
Seules quelques rares espèces peuvent survivre dans ce climat.
L’élan a appris à résister en changeant son régime alimentaire : il se nourrit exclusivement de fourrage à haute teneur en protéines.
Le bison, avec sa grosse fourrure hivernale, y arrive lui aussi.
Le bœuf musqué, avec son manteau d’hiver en laine de cashmire, survit.
Les humains se sont eux aussi adaptés au royaume de l’hiver. Les étrangers les surnomment «Esquimaux.»
Ils ont appris à utiliser toutes les ressources des réserves de glace. Pour se nourrir, ils se sont tournés vers la mer.
Après avoir passé l’hiver sous la glace et alors qu’ils ont atteint leur maturité, les jeunes saumons retourneront à la mer pour revenir quelques années plus tard sur le lieu même de leur naissance.
Fin
 
Gửi ý kiến